banner

Twitter

SCPI : des positionnements alternatifs

07/09/2020 - source :

Le groupe Advenis propose un service global de conception, distribution et gestion d'actifs. Parmi les solutions «maison», une SCPI de défiscalisation dans l'ancien et deux SCPI entreprises investies en Allemagne et Europe du Sud, qui résistent plutôt bien à la crise...

Avec une antériorité d'une vingtaine d'années sur la gestion de patrimoine et l'immobilier, Advenis est un groupe intégré indépendant, coté sur Euronext Paris, et spécialisé dans la conception, la distribution et la gestion d'actifs immobiliers et financiers. Le groupe accompagne ses clients à chaque étape de la gestion et de la valorisation de leurs actifs, de leurs investissements ou de leur patrimoine. Il compte aujourd'hui trois cents collaborateurs et une présence dans vingt villes en France, en Allemagne et en Espagne.

→ Répondre à tous besoins immobiliers

Advenis développe son activité immobilière autour de trois métiers : la gestion d'actifs, notamment de SCPI à travers sa filiale Advenis Real Estate Investment Management, mais également d'immobilier en direct avec le développement de solutions d'investissement en tertiaire (bureaux) et en résidentiel (Malraux, déficit foncier) ; le management immobilier et le conseil en gestion privée avec un pôle d'ingénierie patrimoniale.

«Advenis couvre largement le spectre immobilier, proposant son propre savoir-faire sur certaines typologies d'actifs, ou jouant le rôle de sélectionneur sur ceux qu'elle ne produit pas en interne, comme le Pinel, explique Jean-François Chaury, directeur général de Advenis REIM. Nous sommes en mesure d'adapter nos réponses à la structure patrimoniale du client : optimiser l'impôt, construire un patrimoine, par exemple via les résidences étudiantes que nous développons grâce à notre filiale Realista Résidences, ou encore traiter des besoins patrimoniaux spécifiques via le démembrement de propriété...»

→ SCPI spécialisées

Côté SCPI, Advenis REIM propose deux spécialités : la défiscalisation dans l'ancien par le biais de la gamme Renovalys et l'investissement en immobilier d'entreprises à travers les SCPI Eurovalys, principalement investie en Allemagne, et Elialys, tournée vers les marchés de l'Europe du Sud et en particulier l'Espagne.

Commercialisée depuis un an et jus-qu'au 31 décembre 2020, Renovalys n° 7 est une SCPI de déficit foncier, accessible à partir de 10 000 €, soit deux parts, et associant 50 % de foncier et 50 % de travaux déductibles.

Avec un capital social de 20 millions d'euros, elle privilégie des actifs de coeur de ville, à Lyon, Aix-en-Provence, Paris VIIe, Toulon ou Chartres et offre une solution sur mesure pour traiter des niveaux avoisinant les 20 000 à 30 000 € de revenus fonciers.

«Les investisseurs peuvent acquérir des multiples de parts pour générer la déductibilité adaptée à leur situation fiscale, explique Jean-François Chaury. Cette SCPI est aussi complémentaire des solutions d'investissement direct, en permettant notamment d'optimiser le report d'imputation du déficit foncier sur dix ans.»

Selon sa situation, le client peut choisir s'il le souhaite d'investir d'abord en direct puis en SCPI ou inversement.

Quant aux SCPI d'entreprises, Eurovalys (1 015 € la part) et Elialys (1 000 € la part), elles servent un coupon trimestriel, pour un objectif de rendement annuel d'environ 4,5 %. «Un taux net de CSG-CRDS et accompagné d'un crédit d'impôt conformément aux règles applicables aux revenus de sources étrangères», précise Jean-François Chaury. Leur souscription peut s'opérer en direct ou sur un contrat d'assurance vie, chez Ageas et Intencial (Apicil). Leur collecte a dépassé 230 millions d'euros en 2019.

→ Covid-19 : pas d'impact significatif

«Malgré la crise, nous sommes sereins sur nos différentes activités, confie Jean-François Chaury. Nous avons assisté à une très forte reprise des investisseurs dès le mois de juin, tous produits confondus. A fin juin, nous n'enregistrons finalement que 15 % de recul par rapport à la même période en 2019. Il y a une tendance de fond assez forte pour l'épargne immobilière et, comparées à l'assurance-vie, les SCPI ont encore un fort potentiel de progression en parts de marché. Concernant les bureaux, le taux de vacance est très bas, ce n'est donc pas un sujet actuellement. Quant au résidentiel, le marché est très porteur, soutenu par l'envie qu'ont beaucoup de Français d'acquérir une maison ou une surface plus grande. Positionnées sur ces deux secteurs résilients, nos SCPI devraient conserver en 2020 un rendement proche à celui de l'an dernier. Mais nous restons évidemment prudents, car un deuxième confinement aurait des incidences...».